L’AMÉRIQUE DU NORD

Les origines du petit déjeuner-prière remontent à 1935, année où les édiles municipaux de Seattle dans le Washington durent faire face à une crise dans la vie de leur cité. Seattle avait alors la réputation d’une ville corrompue et dure aux pauvres. Ses dirigeants se sont vite rendu compte que leur richesse et leur influence ne suffiraient pas à maîtriser les nombreux problèmes de leur ville. Quelques-uns d’entre eux eurent en effet le mérite de reconnaître qu’il leur faudrait aussi des ressources spirituelles. Alors qu’ils faisaient une retraite, l’un d’entre eux déclara qu’il s’estimait appelé par Dieu à présenter sa candidature à la mairie. Après beaucoup de réflexion et de prière, ses collègues l’encouragèrent en cette voie. La prière, les finances et une solide organisation leur apportèrent la victoire et deux ans plus tard le même homme (Arthur Langlie) devenait gouverneur de l’État. Ces premières réunions débouchèrent sur l’idée que pour changer les choses, il faut plus que de la simple prière. La prière sincère est primordiale, certes, mais elle doit être suivie par des actions concrètes. Les hommes acquièrent un pouvoir nouveau lorsqu’ils acceptent et suivent les enseignements de Jésus-Christ.

Inspirés par le succès de Seattle, des groupes de petit déjeuner-prière font leur apparition ici et là aux États-Unis. En 1941, le Sénat et la Chambre des représentants des États-Unis tiennent leur premier petit-déjeuner prière. Cette idée toute simple de se réunir pour fraterniser et s’encourager les uns les autres s’est répandue à plus de 100 pays de par le monde.

Avec l’esprit du Christ en son centre, l’habitude de se réunir ainsi s’étend à tous les niveaux de la société. Des hommes et des femmes de tous les horizons socioéconomiques retrouvent confiance et espoir en se réunissant en petits groupes pour se rapprocher de Jésus-Christ.

Au premier petit déjeuner-prière il y a plus de 2000 ans, Jésus rompit le pain avec ses disciples sur les rives de la mer de Tibériade (Jean 21). C’est alors qu’il leur a confirmé sa résurrection, manifesté sa présence et expliqué cette promesse qu’il leur avait faite : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Matt. 18:20). C’est aussi à cette occasion que Pierre s’est réconcilié avec Jésus.

La bonne nouvelle, c’est que Jésus est tout aussi présent parmi nous qu’il l’était parmi ses disciples il y a 2000 ans.